Partagez

[En vérité, je suis encore en train de guérir la dernière. Je t’en parle dans le post. ]
J’ai une histoire de vie qui fait que si je ne libère pas profondément mes blessures, j’ai des difficultés financières.
C’est donc ma mission de vie même si ça n’a pas toujours été facile, même carrément très dur parfois.
J’ai déjà eu une entreprise (une école de Kinésiologie) qui fonctionnait très bien mais j’ai ensuite tout perdu car je n’avais pas encore guéri des blessures profondes qui m’ont conduit droit dans le mur.
J’étais aveuglée par mes propres émotions, je ne pouvais pas voir mes propres vérités.
J’ai tout perdu car j’étais dans ma plus grande vulnérabilité : plaire à tout le monde. Ce que j’appelle mon hyper empathie.
J’avais peur d’être critiquée, jugée, rejetée et abandonnée. Alors j’essayais de satisfaire tout le monde, en donnant trop.Pour qu’on ne me reproche rien.
J’en ai fait un burn out profond. Alors que l’école de Kinésiologie marchait à fond, j’étais au fond de mon lit, envahie et paralysée par mes émotions. En train de me séparer de mon ami. Avec trois enfants à charge.
J’ai tout arrêté et j’ai écrit un livre : Hypersensible, écoute ton coeur.
J’ai commencé à aimer mon hypersensibilité faite d’émotions intenses et porteuses de messages.
En 2018, j’ai libéré des blocages profonds qui m’ont permis de dépasser la barre des 100k annuels de CA avec un taux de rentabilité à 90%.
J’étais fière de ma réussite et je voulais continuais à développer mon business. Mais je ne voulais pas tout perdre encore une fois. Je sentais que je n’avais pas guéri toutes mes blessures. Je ne voulais pas à nouveau me retrouver paralysée par mes émotions inconscientes qui pointaient leur nez pour me montrer que j’étais encore retombée dans mon hyper empathie.
J’avais le profond désir d’apporter une grande valeur à mes clients sans me perdre en cherchant toujours à être aimée.
Mais je sentais que cette vulnérabilité était toujours là. Moins forte mais toujours trop présente.
Alors j’ai ralenti mon activité à la fin du printemps et pendant tout l’été. Et je suis descendue dans les noirceurs de mon âme. J’ai découvert des secrets de famille. Je suis allée dans les partie figées de mon cerveau. J’ai revécu et libéré toutes les violences que j’avais vécu enfant et adolescente et que j’avais oublié.
J’ai libéré l’amnésie. Profondément.
J’ai libéré la merde qui se cachait sous l’amnésie.
J’ai ouvert ma gueule.
J’ai coupé des liens.
J’ai appris à m’aimer avec mes blessures et ma puissance. Profondément.
Cela a eu un effet aussi sur mon CA. Qui a beaucoup grimpé.
Cette transformation m’a rendu allergique au sacrifice. J’ai subi assez d’abus. Et reverser plus de 60% de ce que je gagne à l’état n’est plus supportable pour moi.
J’ai donc décidé de partir à Malte (le Portugal c’était compliqué).
Pour aussi réaliser le rêve de vivre tranquillement au bord de la mer. Sans pression financière.
En préparant mon départ à Malte, je rencontre la blessure d’abandon. J’ai l’impression d’abandonner mes enfants. J’ai peur qu’il ne m’aiment plus.
Je sais que c’est une blessure à transformer. Je suis en process.
Car je viens de découvrir que ma plus grande peur n’est pas le manque d’argent mais la solitude.
La cause profonde de mon hyper empathie.
Et la guérison vers plus d’amour de soi. Pour amener les autres à plus d’amour de soi.
Si ce texte te parle, envoie moi un mail.

À très bientôt,

Nathalie